Développement du réseau routier : Le programme national routier 2016-2020 en route

Le développement et l’amélioration du réseau routier national est inscrit dans les priorités du président Roch Marc Christian Kaboré. Cette volonté s’est traduite par l’érection d’un ministère plein consacré aux infrastructures, et par l’élaboration d’un Programme national routier 2016-2020 qui est en cours de mise en œuvre.
Le Programme national routier 2016-2020 qui constitue un pan du Plan national de Développement économique et social (PNDES) prévoit un développement massif du réseau routier national. Ce programme ambitieux de développement d’infrastructures routières comporte un volet consacré à l’entretien du réseau routier et un autre volet dédié à la construction de nouvelles routes.

D’un coût de plus de 18 milliards de FCFA, le premier volet consacré à l’entretien des routes existantes vise la consolidation, le développement du réseau routier et l’amélioration de la gestion du patrimoine routier à travers des actions d’entretien, de réhabilitation, de développement et d’extension, en mettant l’accent sur les chaînons manquants des principales voies en direction des pays limitrophes.

Le deuxième volet est la construction et le bitumage de nouvelles routes pour sortir une douzaine de chefs-lieux de province de l’enclavement, et améliorer la desserte des ports. L’atteinte de cet objectif passe par l’amélioration du réseau routier rural, par des actions de mise à niveau et de mise aux normes, et par des actions d’aménagement permettant d’atteindre un taux d’accessibilité d’au moins 50%.

Le département en charge des infrastructures a lancé plusieurs chantiers. C’est le cas de la voie de contournement de la ville de Ouagadougou, dont les travaux ont été lancés par le chef de l’Etat le 30 octobre 2018.

Les travaux de construction de l’échangeur de la Place de la femme, à Ouagadougou, ou encore de la route Boulsa-Pouytenga-Sapaga (56km), devront également être réalisés dans le cadre du programme national routier.

Le tronçon Koupéla-Tenkodogo-frontière du Togo a été réhabilité. La route Koupéla-Gounghin a été renforcée.
En ce qui concerne le projet de construction de l’autoroute Yamoussoukro-Ouagadougou, outre la réalisation des études relatives à la tranche Ouagadougou-Koudougou, une nouvelle convention a été signée en novembre 2017 avec l’Agence des travaux d’infrastructures du Burkina (AGETIB) pour les études sur le tronçon Bobo-Banfora-Frontière Côte d’Ivoire. Des partenaires chinois ont déjà marqué leur intérêt à accompagner le gouvernement dans la réalisation de la première phase de ce projet.
En plus de ces projets, le gouvernement a lancé des travaux d’entretien des tronçons Dori-Sebba, Banfora-frontière de la Côte d’Ivoire, Koupéla-Fada N’Gourma et Ouaga-Kongoussi.

De façon générale, d’autres travaux de bitumage sont prévus, notamment sur les tronçons Guiba-Garango, Kantchari – Diapaga – Tansarga – Frontière du Benin, de même que dans la ville de Ouagadougou.

Donner aux populations le plaisir de prendre la route dans les villes et les campagnes

Un effort soutenu a été consenti pour rendre carrossable la voirie urbaine et rurale afin d’améliorer la mobilité sur le réseau routier. Au total, 81,675 km de routes ont été achevés, dont principalement des travaux de bitumage dans les villes de Kaya et de Gaoua, à l’occasion respectivement des festivités du 11-Décembre 2016 et 2017. Les villes de Manga, de Kombissiri, de Pô dans le cadre de la célébration du 11-Décembre 2018 ont bénéficié d’importantes infrastructures routières
Les villes de Ouagadougou, de Bobo-Dioulasso et de Koudougou ont enregistré d’importants travaux de bitumage. Par ailleurs, 1240 kilomètres de pistes rurales ont été aménagées dans les campagnes.

Le programme présidentiel lancé à Absouya dans la province de l’Oubritenga en octobre 2016, qui vise la réalisation de 5000 Km de pistes rurales dans les zones de production ,enclavées se déroule bien.